lundi 5 décembre 2016

Pourquoi le nouveau-né crie ?

La phrase qui interpelle

"pas d'inquiétude Madame votre bébé pleure"
Personnellement cette phrase m'horripile (poils hérissés).
Je l'entend souvent lors des césariennes lorsque la maman inquiète, demande comment va son bébé.
Imaginez vous liée à une table d'opération, sans pouvoir bouger, votre instinct maternel aiguisé, frustrée.
Le pleur d'un nouveau né signifie "maman".
Il serait plus simple de dire:" votre bébé va bien, tout fonctionne pour le moment, le médecin (ou sage femme) vérifie cela."

Le pleur est différent du cri


Le cri du nouveau est le résultat d'un phénomène physiologique. Il est parfois audible, parfois non.
Un peu comme un hoquet.
Le principal étant que le bébé respire. Donc petit cri = respiration = vie.
Ce bruit ne dure pas .
Le pleur, lui, dure longtemps et génère dans l'esprit de la maman une tout autre dimension.
Beaucoup de bébé naissent sans pleurer, lorsque l'accueil est doux par les mains de maman , tout contre elle au chaud, sans lumière forte, sans bruit. Comme une continuité du milieu maternel.
En milieu hospitalier, le nourrisson calme, blotti contre sa maman, manifestera par des pleurs son mécontentement lors des soins prodigués par une main étrangère, aussi douce soit elle, qui plus est, le sépare de sa maman. A ce moment nous sommes au moins à 1h ou 2 heures de la naissance: ce sont des pleurs  de mécontentement.

Jouer sur les mots ?

Pleurer, crier, respirer, vivant, pas content, douloureux, bref bébé va bien, vous rétorque t-on parfois
Ha! bon, c'est le bébé qui vous dit cela en pleurant ?
La façon de dire qu'un bébé va bien traduit beaucoup de votre propre perception .
Il y a derrière ces mots tout un engagement de valeur.
J'ai donc mené mon enquête auprès du personnel soignant .
1) La question étant pourquoi un bébé pleure à la naissance.
      Pour les internes en médecine questionnés (15) : la réponse est rapide: le bébé a mal.
      Pour les sages-femmes (22): très mitigées, certaines affirment que l'accueil en salle de naissance (bruit, lumière, odeur, stress, mains gantées) est très stressant pour le nouveau né (10), d'autres répondent que cela dépend du caractère du bébé ou que c'est nécessaire à son entrée dans la vie.
     Pour le personnel soignant : infirmier(e), aide-soignant(e) ou auxiliaire puéricultrice, le pleur du nouveau-né est nécessaire pour signaler son entrée dans la vie, sa capacité à sa vivre.
Une d'elle s'est même enorgueilli d'avoir tapé sur les fesses de son petit fils né à domicile, deux heures après la naissance car il n'avait toujours pas pleuré.
Certes cette enquête n'a rien d'officielle. Le sujet venant dans la discussion lors d'une pause entre nous. Chacun se livre plus ou moins, avec toutefois peu d'artifice.
Puis la deuxième question : que représente pour vous le premier cri du bébé ou son absence?
     Pour les internes en médecine: le cri signifiant respiration il faut stimuler les récepteurs cutanés,s'il est absent dés la naissance. (ok!).
     Pour les sage-femmes: Même réponse que les internes, en plus détaillée souvent.
     Pour les soignants: La différence entre pleur et cri n'est pas établie, une manifestation sonore du nouveau né signifie : vivant, apte à affronter la vie.


Pourquoi cet article ?


Pour un moment amener votre attention sur le choix des mots et du ressenti qui s'y attache.
En tant que soignant nous nous devons de ne pas mettre de valeur ou de croyance dans nos propos.
Tout ce est en lien avec l'essence même de l'homme, donc la naissance, génère de l'émotion, des croyances.
Il semble important que chacun s'y retrouve librement.
Et comment vivait vous ce premier contact de votre bébé avec la vie terrestre?






dimanche 2 octobre 2016

Procréation: retour vers un acte naturel.NA PRO technology.



Vous connaissez tous, pour l'avoir entendu ou lu, cet exemple d'une femme qui tombe enceinte après une adoption et de nombreuses tentatives de grossesses antérieures infructueuses.

Cette situation, donnée en exemple, permettait de dynamiser les femmes qui doutaient d'être enceintes, un jour.
Je n'entend plus ce genre d'argument. Désué?

 Effectivement les techniques médicales avançant rapidement , les méthodes de procréation médicalement assistées sont très facilement et rapidement mises en place.
Les démarches et traitement sont macrophages et impactent beaucoup sur l'intimité du couple et sur sa vie sociale réduite parfois à des rendez-vous d'examens ou de procréation.

J'ai souvent des demandes de femmes qui souhaitent sortir de cette image " d utérus  rebelle", de" bombe à hormone". Elles souhaitent un peu d'apaisement. Le besoin d'un retour à une humanité, à  une fécondation plus vraie, à de la simplicité, à la trinité.

Il existe pour cela une association de bioéthique.
J'ai entendu à la radio, une sage femme en parler. J'ai approfondi mes recherches.
J'ai pensé au Dr Ogino, qui dans une certaine mesure proposait la même dynamique naturelle dans la procréation.

Cette association  permet de ne pas franchir le pas vers une technicité débordante dés les premiers repères d'une hypo-fertilité.
Je vous laisse découvrir  leur éthique, leur travail sur le site:

http://www.bioethique.net/infertilite-plusieurs-traitements-possibles/

jeudi 29 septembre 2016

allaitement naturel : La sage femme est une femme : elle allaite.


Une journée qui commence. Je vérifie mon matériel d'anesthésie et d'urgence à la maternité.
Une sage femme approche, jeune, un sourire un peu timide.
"Catherine,
-oui ?
- Charlotte m'a conseillée de parler avec toi de mon allaitement.
- Charlotte ? je ne sais pas qui c'est. ( En fait je suis surprise, car je ne parle jamais de ma vie privée au travail et je ne connais pas de Charlotte).
_ Charlotte est une sage femme elle m'a dit que tu allaitais ton petit de 4 ans et demi (houa, c'est précis).
- Je dirais plus précisément que c'est mon petit dernier qui souhaite encore téter, répondis je avec un grand sourire attendri.
...
La conversation évoque les questionnements de la sage femme quant à l'approche de son fils, à sa façon personnelle de vivre un allaitement qui se prolonge.


Finalement, elle a besoin d'entendre une expérience vivante,
personnelle et de partager.
Elle reconnaît l'intimité et la légitimité de l'allaitement et déplore toutes ses formations qui les contraint dans un rôle interventionniste auprès des jeunes mamans.
Ceci montre le piège de la protocolisation d'un événement très intime et naturel : l'allaitement.
Une bonne professionnelle fait passer le message qui lui a été enseigné et rien d'autre.
L'impact est tel que lorsqu'elle n'applique aucune des consignes qu'elle donne, ne faisant confiance qu'à son instinct : elle doute.
Le meilleur message dans ce cas est l'expérience humaine dénuée d'apriori. Seul compte la relation mère-enfant.
Je ne sais toujours pas qui est Charlotte.
Je sais seulement qu'elle souhaite me rencontrer pour partager mon expérience.
La sage femme qui m'a abordée prolonge son allaitement, sa décision l'a apaisée.
Merci pour ce cadeau

dimanche 18 septembre 2016

L'intimité de l'allaitement

Description du cas:


De garde un dimanche, j'interviens en maternité pour une délivrance dirigée (le placenta refuse de s'évacuer seul).
La  dame accouchée depuis 25 mn maintenant bien rétablie (et sans placenta, bien sûr !), peut s'occuper de son bébé. Le papa est là rassurer et impatient, tendrement penché sur sa femme qui se blottie contre lui.
L’auxiliaire puéricultrice amène la petite fille avec un grand sourire l'air ravi. Elle tire le drap découvre un sein et tenant le bébé perpendiculaire au corps de la maman colle la bouche du nouveau né sur le mamelon, Le bébé hurle, gigote la tête et se raidit.
La maman les bras le long du corps tourne la tête , les larmes aux yeux.
Le père s'est levé, a croisé les bras et serré la mâchoire.

Durée de la scène : 3mn; Je sors, ma présence est inutile et la scène m'est insupportable.
J'entends le bébé crier à travers le mur. L'auxiliaire (formée à l'allaitement) voyant la maman pleurer tente de la rassurer (MAIS en a t-elle besoin??)
" pas d'inquiétude, nous allons y arriver (qui NOUS ?), et toi bébé, fais moi plaisir, tête maman.
Sa voix se veut douce et elle sourit.
Sans résultat elle sort avec le bébé. Trop dur pour moi. Toutefois je reste professionnelle.
Je rentre dans la pièce, le papa réconforte la maman;
Je lui demande si elle veut son bébé et si le papa est d 'accord . je l'accompagne prés de sa fille, qu'il ramène lui même à sa femme.
Celle-ci radieuse prend l'enfant le glisse tout contre elle. La petite détendue, cherche du bout des lèvres et se met à téter. Je ferme sans bruit la porte, pendant que le papa enrobe de ses bras mère et fille.

Ce que je vois:

Pour moi la scène est violente, intrusive et irrespectueuse.
L’auxiliaire n'a pas à mettre le bébé au sein SANS l'autorisation des parents.
Mais comme elle ne leur à rien demandé, elle n'a pas eu de NON.
Ce geste est maternel, instinctif et intime.
Premier lien physique extérieur qui se crée avec la maman. L'allaitement ne concerne que les deux protagonistes et le papa.
 Ici,la femme subit une mise au sein par une étrangère qui l'empêche de prendre SON bébé dans ses bras, tout contre elle au chaud.
 Le bébé n'appartient qu'à vous ; PARENTS et seuls vos bras, votre façon de le toucher peut le rassurer.
Si  l'enfant crie, dans cette situation, c'est qu'il ne se sent pas en sécurité, loin du cocon que représente le corps maternel, dans des mains qui lui sont étrangères (mêmes si le touché est professionnellement doux) accompagné d'une voix inconnue (celle de l'auxiliaire).
Cette femme a allaité ses deux premiers enfants. Elle n'a besoin de personne pour mettre son troisième  bébé au sein.

Ce que la maman a ressentie:

Elle me confira plus tard qu'elle s'est sentie humiliée et qu'elle tenait les draps ( ce qui explique les bras le long du corps) pour ne pas arracher le bébé des bras qui le tenaient. Elle pleurait de ne pas pouvoir profiter de son bébé.
Cette dame, comme beaucoup d'autres, n'ose pas, en structure hospitalière, affirmer ses volontés face à une blouse blanche, face aussi, à une personne qui à l'air si gentille, qui fait son travail et qui tient dans ses mains ce que vous avez de plus précieux: votre enfant.

A VOUS de choisir
 
Sachez qu'aucun soin,qu' aucune manœuvre médicale ou chirurgicale  ne peut-être faite sans votre accord, après avoir reçu des informations éclairées. L'allaitement n'est ni l'un , ni l'autre, donc pas besoin d'un tiers para-médical pour y parvenir.


La seule personne compétente pour donner le sein à votre bébé c'est :
1) Votre bébé qui sait très bien s'y prendre, sans formation préalable.
2)  Vous.

C'est tout.

De tous les mammifères, aucun ne suit de formation pour allaiter. Tout les individus y parviennent.




Je déplore cette facilité avec laquelle le personnel soignant oublie très vite la simplicité de la naissance, le respect de la relation mère-enfant, mère et père.
Je compte donc sur vous parents pour conserver votre place  vis à vis de votre bébé.
Ni vous, ni lui n'êtes malades.
Affirmer vos choix d’accueil de votre bébé, si cela se déroule à l'hôpital.
Mettez par écrit tout ce que vous souhaitez et ne souhaitez pas.
Nous, personnel soignant, nous vous devons respect, sécurité et confort.
Merci de nous aider à être performant , pour vous., en communiquant ou en vous affirmant.

Pour information voici un autre témoignage d'une maman qui a su s'affirmer.

http://forum.doctissimo.fr/grossesse-bebe/allaitement/incompetence-maternite-temoignage-sujet_213258_1.htm







mercredi 22 juillet 2015

Tisane de feuilles de framboisier pour femmes enceintes

Les tisanes de feuilles de framboisier sont l'alliée de la femme enceinte.

 Puisqu'elle a une forte incidence sur la tonicité de l'utérus, elle le muscle. Les contractions le jour J seront donc plus efficaces, le col sera plus souple, et donc le travail plus efficace.
 Une étude rapporte que des chercheurs américains ont établi le lien entre la prise de tisanes de feuilles de framboisier à 5% et la diminution des césariennes ou des forceps. Cette étude ne prend pas en compte les accouchements naturels à domiciles.
 La tisane de feuilles de framboisier à également un effet sur l'élasticité du périnée.
Aux USA les femmes en consomment tout au long de  la grossesse.
 En  France il est plutôt recommander d'en consommer "dans les 3 derniers mois".
Pour quelle raison ? A vous de voir !
Les feuilles de framboisier ne déclenchent pas l'accouchement.


 Offrez vous 2 à 3 tasses par jour préparée à 5% (5gr de feuilles pour 100ml d'eau).
Le gout est agréable.

Quand bébé(s) sera (ont) là, la tisane de feuilles de framboisier sera toujours utile! Elle va aider l'utérus à se remettre en place. Elle aura donc une incidence sur les tranchées.
Certes le goût peut vous lasser car il reste fortement associé à l'attente prénatale.

 Pour votre allaitement, sa forte teneur en minéraux facilite la production lactée et enrichi le lait.

mercredi 8 juillet 2015

L'allaitement une évidence : à ecouter.

https://youtu.be/nSrR95rBMMw

mercredi 18 février 2015

L'art des huiles essentielles Phyto-Aromatologie un art de vivre: Invitation Gratuite au salon

L'art des huiles essentielles Phyto-Aromatologie un art de vivre: Invitation Gratuite au salon: imprimer cette image pour entrée au salon Je serai présente au salon Respire la Vie de Rennes du 27, 28 février et 1er Mars 2015, à  ...

Translate